L'association Educari

Le blog de l'association pour l'éducation caritative

Navigation Menu

Démocratie

Démocratie

Posted by on Nov 23, 2017 in Politique |

Le consensus national :

“Une condition primordiale à toute transition vers la démocratieMathieu Laine, essayiste libéral français !

Le consensus national se reflète par l’accord de toutes les forces politiques et sociales sur le processus transitoire, ou au moins d’une majorité importante.

Il est la condition essentielle d’une évolution politique pacifique vers la démocratie.

Cette condition indispensable a été au centre de l’occupation des acteurs de la transition démocratique.

Sans lui, elle sera difficile, parfois même impossible à effectuer !

Il est primordial dans les cas ordinaires (non-conflictuels), ainsi que, dans les cas de conflits armés ou de guerres civiles.

Plusieurs moyens ont été suivis afin de l’établir ou de le consacrer.

 

 Le consensus national dans les cas ordinaires :

Dans les cas ordinaires, les acteurs de la transition démocratique ont suivi plusieurs voies afin de parvenir à l’accord autour du processus transitoire.

Dans certains cas, des Conférences nationales ont été organisées.

Dans d’autres, un consensus politique entre les anciens et les nouveaux leaders était nécessaire, et parfois, une concertation avec les différentes composantes de la société civile était adoptée.

 

La transition négociée :

 

  L’exemple le plus probant d’un tel accord, est celui du Chili !

Malgré la défaite de Pinochet dans le référendum organisé le 5 octobre 1988 – 3.9 millions de personnes, soit 55.9 % des suffrages exprimés ont dit non – ce dernier, avec son gouvernement, a pu rester un an au pouvoir et a été obligé d’organiser des élections présidentielles et parlementaires dans les 90 jours précédant l’expiration de prorogation.

Mais, le fait que 44 % des votants ont accordé leur confiance à Pinochet et que ce dernier avait beaucoup d’influence et de présence avec ses alliés dans la vie politique ainsi qu’au niveau du pouvoir judiciaire et de l’armée, un consensus politique, entre les nouveaux dirigeants et lui, était nécessaire, afin d’établir la transition.

Pour cela, Pinochet, est resté chef de l’armée bien après le lancement du processus transitoire et l’arrivée des institutions suites aux élections.

Son acceptation de la transition a permis le lancement de cette dernière.

Son refus aurait pu constituer un obstacle !

 

 

   L’exemple des pays suivant les tables rondes : des pays en Europe de l’Est

Les accords des tables rondes en Europe de l’Est :

Le consensus politique, sous forme de partage du pouvoir, est entériné par un accord signé entre les dirigeants en place et les forces de l’opposition, peut être établi sous forme de table ronde, qui réunit ces acteurs, afin de trouver une solution à l’impasse politique, économique et sociale du pays.

C’était le cas des États socialistes d’Europe !

Tous les pays ex-satellites de Moscou ont connu le phénomène de table ronde sauf dans de rares cas.

Ces tables rondes ont été constituées sous la pression de la rue.

Elles regroupaient les mouvements d’opposition les plus importants et les dirigeants en place.

Leur objectif est de fixer les différentes modalités de mutation, de déterminer un calendrier de transition et de consacrer le démocratique.

Ces mêmes démarches peuvent être réalisées ensemble, par la construction dès le début de la transition, d’un État de droit intérimaire, État qui sera confirmé et renforcé à la fin de la période intérimaire.

Selon Mathieu Laine, le conseiller actuel de Macron, “le consensus national est désormais l’unique perspective de sortie de crise” !

Read More

Vaccination : prise en charge

Vaccination : prise en charge

Posted by on Oct 18, 2017 in Divers |

L’assurance-maladie prend en charge certains vaccins et leur injection.

Les bénéfices de la vaccination pour la santé :

Les vaccins nous protègent contre les différents microbes à l’origine des maladies infectieuses, ils nous prévoient de toutes les maladies graves.

Les vaccins obligatoires sont remboursés par l’assurance-maladie sur prescription médicale.

Pour être protégé efficacement et durablement, il faut toujours mettre à jour ses vaccins.

Les vaccins contre la poliomyélite, la diphtérie et le tétanos nécessitent des rappels réguliers pour être efficace.

 

  La prise en charge de la vaccination :

L’assurance-maladie prend en charge les vaccins qui sont contre les affections.

– Les vaccins recommandés à tout le monde :

Ce sont les vaccins contre la coqueluche, infections invasives à méningocoque du sérogroupe C, infections à pneumocoque, oreillons, rougeole et rubéole, infections à Haemophilus influenza B, hépatite B…

On trouve également les vaccins recommandés dans certaines situations :

Ce sont les vaccins contre la grippe saisonnière, hépatite A, l’infection à papillomavirus humains, tuberculose et la varicelle.

Tous ces vaccins sont remboursés sur prescription médicale à 70 %.

Le vaccin rougeole-oreillons-rubéole pour les enfants et les jeunes de 12 mois à 17 ans, est pris en charge à 100 % par l’assurance-maladie.

Également, le vaccin contre la grippe saisonnière pour les populations à risque.

La prise en charge de l’injection :

L’injection du vaccin est prise en charge par l’assurance-maladie dans les conditions habituelles.

Les vaccins contre la fièvre jaune ou le choléra ne sont pas pris en charge par l’assurance-santé.

 

  Les soins de santé :

Les soins de santé sont couverts par un régime public du gouvernement et par des régimes privés.

Toutes les personnes qui bénéficient de l’assurance-maladie sont remboursées partiellement des frais de consultation d’un médecin.

Dans ce cas, le remboursement de la consultation varie en fonction du type de conventionnement du médecin.

Et en cas d’hospitalisation, l’assurance-maladie ne rembourse qu’une partie des frais.

Seule Filiassur assurance rembourse les frais d’hospitalisation à 85 % (dans le cas où vous êtes hospitalisés dans un établissement public ou même dans une clinique privée).

L’assurance-maladie limite les aléas de la vie, elle peut vous aider également à payer une partie ou la totalité des dépenses liés aux maladies ou aux blessures (une consultation chez le médecin, séjour à l’hôpital, médicaments, …).

Les soins de santé sont considérés comme un élément intégrant du système de santé.

Filiassur assurance améliore la qualité de service à ses assurés en simplifiant les procédures de remboursement et en économisant les frais d’affranchissement.

C’est une assurance qui vous apporte des solutions aux moments clés de votre vie.

Elle vous aide à éviter les désagréments financiers, et vous permet d’affronter la vie avec plus de confiance et de mener vos projets avec un esprit libre.

En s’inscrivant à une assurance, vous vous protégez contre les risques qui peuvent affecter votre bien.

Chaque compagnie d’assurances propose des contrats d’assurances-vie différents, il est donc essentiel de bien se renseigner sur les offres avant de trouver celle qui répondra mieux à vos besoins.

 

Read More

Comment bien communiquer sur son entreprise ?

Comment bien communiquer sur son entreprise ?

Posted by on Sep 16, 2017 in Divers |

Communiquer sur son projet est important pour attirer l’attention de la clientèle sur son entreprise, se distinguer de ses concurrents et fidéliser ses clients.

La bonne communication permet à l’entreprise de faire partager ses valeurs, ses avantages et ses points forts.

La communication est tout un processus qui sert à atteindre des objectifs incontournables et à semer des bénéfices inévitables.

Pour pourvoir bien communiquer avec ses clients et éviter tout risque d’échec, il est important de se baser sur 3 points essentiels.

Les étapes indispensables de la communication d’entreprise

Premièrement : l’élaboration d’un diagnostic permettant d’avoir une idée plus claire sur le marché, les besoins de consommateurs, les activités de vos concurrents et leurs points forts.

Deuxièmement : La fixation des objectifs. Cette partie sert à déterminer les attentes de la communication. Pour être le plus efficace possible, la liste des objectifs doit être réaliste, hiérarchisée, mesurable et planifiable.

Troisièmement : L’identification des cibles. En arrivant à cette étape vous devez déterminer vos cibles et auprès de qui souhaitez-vous vous adresser, qui sont les prescripteurs… Une fois ces éléments identifiés et clarifiés, vous pouvez vous lancer dans votre projet et donner forme à vos canaux de communication : l’affichage urbain, les compagnes publicitaires sur les réseaux sociaux, le mécénat, le marketing direct, l’emailing, les salons professionnels…

En conclusion, sachez que même sans actions directes de communication, vous véhiculez tout de même une image sur votre entreprise : son logo, son slogan, son identité visuelle, l’accueil téléphonique ou physique…sont autant d’éléments qui diffusent une image et donnent une identité à votre entreprise. Il ne faut donc pas les négliger.

Bien gérer son entreprise

Vous êtes sur le point de créer votre entreprise ? Sachez que la gestion de votre projet est la partie la plus indispensable et que le gérant est la personne la plus susceptible de déterminer le sort de votre entreprise.

Même si vous vous voyez créatif, multidisciplinaire et capable de gérer vous-même votre entreprise, l’appel à un entrepreneur qualifié est essentiel.

Nombreux sont les entrepreneurs qui ont réussi a remonté la pente de leurs entreprises et de faire d’elles des leaders de domaine.

Les entreprises se trouvent parfois dans une situation ardue face à un marché concurrentiel et à une clientèle aussi exigeante que pointilleuse.

Ces entrepreneurs qui ont cartonné

Prenant l’exemple du groupe Casino qui est actuellement présidé par l’entrepreneur de renommée et le membre du Conseil Consultatif de la Banque de France. Dans le début des années 2000, l’entreprise a vécu une période critique. En 2005, le président de Euris SAS a été nommé président-directeur général du groupe Casino et depuis il a changé toute la stratégie de ce groupe pour en faire l’enseigne numéro 1 de grande distribution en France.

Pour Frédéric Maillard, expert-comptable, Cabinet Exco : « la première qualité qui fait briller un dirigeant d’entreprise, est la volonté. A partir du moment ou un entrepreneur a envie de réussir son projet, rien ne peut l’empêcher d’atteindre ses objectifs. »

 

 

 

 

 

Read More

La souveraineté

La souveraineté

Posted by on Août 29, 2017 in Divers |

Son origine :

La souveraineté désigne la supériorité du pouvoir.

Dans un pays démocratique, la souveraineté est détenue par le peuple.

À l’Ancien Régime, l’adjectif “souverain” est employé pour désigner les cours de justice et des Parlements.

Son concept est apparu chez Jean Bodin qui est un jurisconsulte et théoricien politique français dans son ouvrage “Les six livres de la République”.

Ce théoricien élabore le concept clé pour avoir un Etat moderne.

Il a mis à jour des nouveaux régimes politiques comme la démocratie.

Ce jurisconsulte influença l’histoire intellectuelle de l’Europe par ses principes du “bon gouvernement”.

Il a introduit plusieurs concepts qui ont connu par la suite un fort développement.

C’est l’un des premiers promoteurs des idées qui ont donné lieu à la naissance de la théorie de “souveraineté”.

«La souveraineté est la puissance absolue et perpétuelle d’une République (…) c’est-à-dire la plus grande puissance de commander ». Absolue et perpétuelle, la souveraineté l’est avant tout parce qu’elle « n’est limitée ni en puissance ni en charge à un certain temps ».

À la fin du XIXe siècle, Louis Le fur le juriste français a définit la souveraineté ainsi « La souveraineté est la qualité de l’État de n’être obligé ou déterminé que par sa propre volonté, dans les limites du principe supérieur du droit, et conformément au but collectif qu’il est appelé à réaliser ».

Donc, elle n’agit que selon sa propre volonté.

La souveraineté en France :

En France, elle est définie dans la Constitution de 1958.

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret. Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux Français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques” Article 3.

Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie. Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi. La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation” Article 4.

Institutions internationales et souverainetés des Etats :

* Tribunal suprême de Monaco : cette juridiction mène une véritable politique de contrôle des Etats, elle met en place des systèmes de protection.

Le président de ce tribunal a fini par développer ses propres compétences (il a développé des concepts de souveraineté dans plusieurs domaines).

Ce président ne défend que les gens qui respectent la loi.

Les droits de l’homme font l’objet d’une protection universelle.

Ces droits garantissent une vraie égalité “Les Monégasques sont égaux devant la loi. Il n’y a pas entre eux de privilèges”.

“Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité” Article 1.

Avec la complexité des droits aujourd’hui, c’est indispensable d’avoir un mouvement de spécialisation des juridictions.

Pour éviter un aléa judiciaire, le tribunal, utilise un mouvement de spécialisation judiciaire.

C’est une chose importante afin d’appréhender d’une manière cohérente les problématiques.

Read More

Quels métiers veulent exercer les enfants

Quels métiers veulent exercer les enfants

Posted by on Juin 26, 2017 in Divers |

Que veux-tu faire quand vous serez grand ? C’est la question que les parents n’arrêtent pas de poser à leurs enfants, soit pour voir un peu dans quel domaine se voient-ils comme un indicateur d’ambition, soit pour se rassurer inconsciemment de l’avenir de leurs enfants même-ci, il n’a que 3 ans et que les parents savent bien qu’il n’est pas en train d’établir un plan de carrière pour l’instant, c’est juste un enfant. Un certain nombre de métiers ont toujours eu du succès auprès des enfants, comme médecin pour les filles, sportifs professionnels pour les garçons. Tous ces choix sont dû à l’influence du monde extérieur, en effet, un médecin sur quatre dans une série télévisée ou au cinéma est une femme. De même pour les 35 % des enfants qui veulent devenir des scientifiques ou ingénieur qui sont dans la plupart de sexe féminin. L’influence des sportifs masculins notamment la présence des footballeurs partout, dans les publicités, les commentateurs, dans les émissions efforce les garçons à s’identifier aux joueurs sportifs.

Les métiers que les enfants ne connaissent pas

Parmi ses métiers on trouve l’administrateur judiciaire, qui est un métier peu connu par les enfants et même les parents. Comme l’a présenté, Philippe Jeannerot administrateur judiciaire, c’est d’essayer de sauver et de redresser des sociétés en difficultés financières, par nomination du tribunal du commerce. S’il n’arrive pas, par le changement d’un certain nombre d’aménagement ou de structuration, la société sera liquidée.

Donc l’administrateur judiciaire est chargé pendant la phase de sauvetage de l’entreprise de contrôler, de collaborer et parfois même de remplacer un gérant de l’entreprise. Il analyse les problèmes et propose des solutions pour y remédier. « Réellement c’est un sauveur, un héros des temps moderne » comme a exprimé Philippe Jeannerot.

Les métiers rêvés des parents pour leurs enfants

Selon un rapport mondial, 8 parents sur 10 ont une idée très précise sur le métier que ferait leur enfant. Cette étude qui a porté sur 5 550 parents dont 300 français, et qui a réuni 16 pays en 2015, a montré que la plupart des parents veulent que leur enfant exerce l’une de ces 6 métiers alors que lors enfant n’a que 2 ans. 16 % des parents veulent que leur fille ou fils devient médecin, 12 % ingénieurs, 8 % informaticiens, 6 % dans le domaine de la finance et 6 % dans l’enseignement. Par contre, le métier de banquier et trop moins apprécié. Toutefois, le comportement des parents au choix du métier pour leur enfant varie selon les pays, par exemple en Inde et en Egypte 90% des parents savent déjà ce que leur enfant ferait dans son avenir alors qu’en France, seulement 55 % des parents qui imposent ce choix à leur enfant, en formant ainsi le pays dont les parents les plus compréhensibles et les plus ouverts à l’égard du choix du métier futur de leur enfant.

 

 

Read More