L'association Educari

Le blog de l'association pour l'éducation caritative

Navigation Menu

    Mesure d’audience de la presse

    Mesure d’audience de la presse

Posted by on Déc 21, 2017 in Médias |

 

Avant la création “d’Audipress” (une société d’étude interprofessionnelle de la presse), il était nécessaire de distinguer la mesure d’audience de la presse magazine de celle de la presse quotidienne.

 

En ce qui concernait la presse magazine, AEPM (l’association pour l’étude de la presse magazine), regroupait les principaux groupes éditeurs, “IP GROUPE” et “Général média”.

L’association pour l’étude de la presse magazine procédait à un sondage annuel de 30 000 personnes (âgées de plus de 18 ans) représentatives de la population résidente en France.

L’enquête se déroulait en face-à-face, et durait, environ 30 minutes.

 

Pour ce qui était de la presse quotidienne, l’étude la plus importante était l’étude “EPIC” faite par TNS (Leader mondial des études : référence des études et d’opinion en France), par téléphone et interviews, suivi d’un questionnaire administré, portant sur des données de mode de vie, et d’équipements de consommation.

 

Mais, au jour d’aujourd’hui, c’est “Audipresse” qui en charge de l’étude de référence de la presse.

Cette société a pour objectif d’organiser en une seule base de données l’audience de tous les titres.

“Audipresse One” regroupe les deux études précédentes (de la presse magazine et de la presse quotidienne).

Ses études regroupent toutes les familles de Presse, qui sont, la presse quotidienne gratuite (3 réseaux étudiés), la presse quotidienne régionale (62 titres étudiés), la presse quotidienne nationale (13 titres étudiés), la presse magazine (153 titres + TV MAG + FEMINA), et la presse hebdomadaire régionale (256 titres étudiés).

L’étude “One” est la nouvelle étude d’audience de référence de la presse en France.

Elle étudie près de 300 titres de presse et agrégats.

TNS SOFRES (en charge de l’étude Prémium) et IPSOS (en charge de l’étude ONE), sont les deux instituts partenaires d’Audipresse.

L’étude One permet de produire des baromètres, montrant combien de personnes par jour en moyenne, lisent un hebdomadaire, un magazine, un quotidien en format papier.

Par ailleurs, elle prend en compte les lectures occasionnelles.

 

 L’étude Prémium mesure l’audience auprès des cadres actifs, et des hauts revenus.

Elle étudie trois sous-catégories, qui sont, les cadres dirigeants faisant partie des 5 % des foyers les plus riches, les +20 ans faisant partie des 10 % des foyers les plus riches, et également, les grands dirigeants et cadres.

 

 

 Les différents types de question :

+ Quels sont les habitudes de lecture ?

+ La date de dernière lecture !

+ Le nombre de numéros lus au cours des 6 derniers jours !

+ Provenance du dernier numéro lu !

+ Quels magazines ou journaux ont été consultés, parcourus, ou lu, les 12 derniers mois !

  Cinéma :

Le marché du cinéma reste très dynamique, avec, l’amélioration du confort et de l’accessibilité aux salles, la rénovation du parc existant et le développement de nouveaux cinémas, et aussi, avec la transition au support numérique apportant une projection de qualité.

 

Selon la journaliste française “Audrey Crespo-Mara”, les instituts tels que, “Affimétrie”, “Audipresse”, “Médiamétrie”, constituent un monopole dans les médias.

Cette présentatrice phare “Audrey Crespo-Mara”, occupe toujours les premières places.

 

 

Read More

La baisse des ventes de la presse papier

La baisse des ventes de la presse papier

Posted by on Déc 22, 2016 in Médias |

L’outil digital, a eu des répercussions importantes sur le secteur des médias, et notamment celui de la presse écrite. Les ventes des magazines et des journaux en papier, ont chuté considérablement, ces dernières années, en causant une crise qui a touché les grands éditeurs autour du monde. Pour assurer la poursuite de leur activité économique, la majorité des opérateurs ont intégré la dimension digitale dans leurs offres.

Les ventes, toujours en baisse


Les tendances des lecteurs, vont de pair avec l’évolution du marché et des moyens de communication. L’internet est un phénomène de mode, qui a bouleversé tous les secteurs. Curieux pour découvrir la toile, les gens sont tombés sous le charme de cet outil, qui assure l’accessibilité de l’information. Mais qu’est qui explique réellement la baisse de vente des supports papier ? Est-ce l’internet, ou le contenu et le format de ces magazines ? D’après les chiffres avancés par ACPM (alliance pour les chiffres de la presse et des médias), le support papier a connu une baisse générale évaluée à 2 %, par rapport à l’année 2015. Cette baisse se traduit par une perte de 67 millions d’exemplaires, pour l’ensemble des éditeurs presse. C’est principalement la presse professionnelle, qui impacté par le recul de la presse en papier.
Face à cette baisse de la demande sur les supports en papier, les annonceurs, qui financent l’activité des sociétés de presse à travers leurs annonces, ont pris du recul par rapport à l’utilisation de ces supports. Ils cherchent plutôt à transmettre leurs messages de communication dans les supports les plus convoités par le public.

La version numérique


Le déclin de la diffusion en papier, peut-il mener à la disparation totale des titres en papier ? Pour contrer ce risque, les opérateurs de gros calibre, à l’hexagone, se sont mis à moderniser leurs offres et à proposer une version numérique de leurs journaux et de leurs magazines. Des formats, qui viennent compléter le support en papier. D’après l’ACPM, les abonnements numériques ont enregistré une hausse de 1,2% en 2016, en faisant gagner les éditeurs de presse dans les 174 millions de visite, pour renforcer leur visibilité et leur positionnement sur le marché.
Les lecteurs boudent la presse classique, pour la version numérique plus interactive. Ils cherchent la rapidité et l’utilité, dans leur choix du support médias qui leur fournit les informations nécessaires. Malgré l’importance de l’outil digital dans la survie des éditeurs de presse, Robert Lafont, insiste encore sur la version print.

Read More

Procédure de Sanction contre C8

Procédure de Sanction contre C8

Posted by on Nov 29, 2016 in Médias |

Les dérapages de Cyril Hanouna, dans son talk-show phare diffusé dans la chaîne C8, lui ont valu un nombre de critiques et de signalements auprès du conseil supérieur de l’audiovisuel. Suite aux happenings et aux séquences polémiques, enchaînés par le trublion du PAF, le CSA, a décidé d’engager une procédure de sanction contre la chaîne C8.

La décision du CSA

la-decision-du-csa-d-arreter-numero-23-annulee-par-le-conseil-d-etat

Les procédures engagées par le conseil de sages, ont été entamées suite à plusieurs séquences dans l’émission TPMP. Pour rappel, il s’agit principalement de l’affaire de Jean-Michel Maire, l’ancien journaliste de guerre, qui a embrassé une figurante dans le happening des « 35 heures de Baba », contre son gré. Cette séquence, a provoqué la colère de plusieurs organisations féministes, qui ont dénoncé les pratiques du chroniqueur. De plus, Cyril Hanouna qui a reçu un bon montant de la part du businessman Stéphane Courbit, a lancé une caméra cachée morbide pour piéger son souffre-douleur préféré, Mathieu Delormeau. Lors de cette séquence, Baba a orchestré toute une mise en scène, pour pousser l’ancien chroniqueur de NRJ 12, à prendre la responsabilité d’un faux crime.

Sur les plateaux de C8, Baba n’a pas mâché ses mots pour dénigrer et insulter, le blondinet de la bande. Après la diffusion de cette séquence, le CSA, a été saisi un nombre de fois, pour dénoncer les l’humiliation des chroniqueurs dans l’émission TPMP. De leurs parts, les sages ont procédé par une mise en garde à l’égard de l’affaire Delormeau et une mise en demeure pour l’affaire du baiser volé de Jean-Michel Maire. « Le Conseil a considéré que l’agression verbale de l’animateur à l’encontre de l’un des chroniqueurs constituait un manque de retenue dans la diffusion de telles images susceptibles d’humilier les personnes », précise le communiqué du Conseil supérieur de l’audiovisuel. Concernant la séquence de caméra cachée, le CSA, a désigné un rapporteur pour examiner la séquence, avant de prendre une procédure contre l’émission.

La réaction de Baba

6167263_hanouna-kev-adams_1000x625

L’animateur le plus influent de la chaine C8, Cyril Hanouna, s’est exprimé sur les procédures du CSA. Il a commencé par rassurer ses fanzouzes, en déclarant « On va continuer à faire l’émission que vous aimez sans se prendre la tête. ». Il poursuit « C’est exactement ce qu’on voulait. On va pouvoir aller s’expliquer avec une personne sur les différentes séquences de « Touche pas à mon poste ». Entouré de sa bande de chroniqueurs, le recordman a déclaré également qu’ils vont continuer « à faire l’émission que vous aimez sans se prendre la tête, ne vous inquiétez pas. Et forcément, nous sommes en direct, donc il y aura toujours quelques dérapages. ».

Il est à dire que L’émission de divertissement « Touche pas à mon poste », produite par H2O qui appartient au groupe présidé par Stéphane Courbit, totalise un très bon score d’audiences, depuis sa reprise.

Read More